Foire aux questions

 

1.| Que puis-je faire après un rapport sexuel non protégé ou en cas de problème avec le préservatif ?


Si le rapport a eu lieu il y a moins de 3 jours, vous pouvez acheter la pilule du lendemain (Norlevo®) en pharmacie. Vous n’avez pas besoin d’une ordonnance du médecin. La pilule du lendemain n’offre cependant pas une protection à 100 %. Si vous avez plus d’une semaine de retard, faites un test de grossesse. Vous pouvez en acheter en pharmacie.

Si vous avez eu un rapport sexuel non protégé il y a moins de 5 jours, vous pouvez également vous faire poser un stérilet en cuivre dans l’utérus. Cela empêche l’éventuel développement de la grossesse tout en vous protégeant contre le risque de tomber enceinte.

 

2.| Que puis-je faire si j'ai du retard ?


Si vous avez plus d’une semaine de retard, faites un test de grossesse. Vous pouvez en acheter en pharmacie. Si vous n’êtes pas sûre du résultat du test, vous pouvez refaire un test de grossesse au bout d’une semaine. Vous pouvez également prendre rendez-vous avec Beahuis & Bloemenhovekliniek pour déterminer si vous êtes enceinte.

 

3.| Quelles options s’offrent à moi en cas de grossesse involontaire ?

Si vous tombez enceinte sans l’avoir voulu, trois possibilités s’offrent à vous.

  1. Vous êtes enceinte et désirez cet enfant. Dans ce cas, contactez votre médecin ou un cabinet de sages-femmes pour le suivi de la grossesse.
  2. Votre grossesse n'est pas désirée et vous décidez de faire appel à des parents adoptifs ou de renoncer à vos droits en vue d’une adoption. Votre médecin peut vous accompagner dans cette démarche.
  3. Votre grossesse n’est pas désirée et vous décidez d’avorter. Contactez votre médecin qui peut vous orienter vers la Beahuis & Bloemenhovekliniek. Vous pouvez également nous contacter directement.

 

Vous pourrez réfléchir à vos projets et sentiments pour aboutir à la décision qui vous semble la plus appropriée. Bien que cette décision vous appartienne, il est souvent utile d'exposer votre problème à une tierce personne. Si vous ne vous en sortez pas toute seule, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre médecin ou avec Beahuis & Bloemenhovekliniek pour discuter de votre situation.

 

4.| Jusqu’à combien de semaines de grossesse puis-je avoir une intervention ?

À la Beahuis & Bloemenhovekliniek, une intervention est possible jusqu’à 22 semaines.

 

5.| Comment puis-je prendre rendez-vous ?

Vous pouvez prendre rendez-vous par téléphone du lundi au vendredi, de 9 heures à 17 heures. Notre numéro de téléphone est le +31 23 528 98 90. Vous pouvez également prendre rendez-vous via notre site Web. Pour cela, accédez à la rubrique « Prendre un rendez-vous ».

Lors de la prise du rendez-vous, il conviendra d’indiquer si vous prenez des médicaments ou si vous avez une particularité médicale.

 

6.| Y a-t-il une liste d'attente ?

En règle générale, vous obtiendrez un rendez-vous dans la semaine. Pour fixer le rendez-vous, nous devons tenir compte du délai de réflexion de cinq jours, si vous avez un retard de plus de 16 jours.

 

7.| Pourquoi appliquer un délai de réflexion de cinq jours alors que j’ai déjà pris ma décision ?

La loi néerlandaise impose un délai de réflexion de cinq jours. Cela signifie que vous devez réfléchir à votre décision d’interrompre votre grossesse pendant au moins cinq jours après en avoir parlé avec un médecin. Le traitement peut prendre place à partir du sixième jour.

Si vous avez moins de seize jours de retard, le délai légal de réflexion de cinq jours ne s’applique pas.

 

8.| Puis-je venir directement à la Bloemenhovekliniek sans référence de mon médecin ou gynécologue ?

Si vous avez moins de seize jours de retard, vous n’avez pas besoin de référence.

Si vous avez plus de seize jours de retard, une référence de votre médecin généraliste ou d’un autre spécialiste prouve que vous avez réfléchi à votre décision d'interrompre votre grossesse pendant un minimum de cinq jours. Vous trouverez un modèle dans la rubrique « Formulaires ».

 

Si vous préférez ne pas consulter votre médecin habituel, vous pouvez rencontrer l’un de nos médecins pour discuter de votre intention d’interrompre votre grossesse. Le traitement peut prendre place à partir du sixième jour qui suit cet entretien. Pour cela, aucune référence n'est nécessaire.

 

9.| Je suis mineure. Ai-je besoin de l’autorisation de mes parents ?

Si vous avez 15 ans ou moins, vous et vos parents devez donner votre accord à l’intervention. Si vous ne pouvez pas en informer vos parents, contactez-nous par téléphone au +31 23 528 98 90.

À partir de 16 ans ou plus, vous n’avez plus besoin de l’autorisation de vos parents.

 

10.| Que dois-je apporter à la clinique ?

Nous vous demandons d’apporter une pièce d’identité telle que passeport ou permis de conduire. Nous avons également besoin de votre carte d’assurance sociale. Si vous n’êtes pas assurée, contactez-nous par téléphone au +31 23 528 98 90. Nous vous demandons également d’emmener une chemise de nuit ou un T-shirt long, un peignoir, des chaussons, des chaussettes, des sous-vêtements de rechange, des serviettes hygiéniques et des affaires de toilette.

 

11.| Combien de temps dure l’ensemble du traitement, préparation et surveillance post-intervention incluses ?

Pour une grossesse inférieure à 17 semaines vous resterez entre 5 et 6 heures à la clinique.

En fonction du déroulement du traitement à partir de 18 semaines de grossesse, vous resterez entre 8 et 10 heures à la clinique.


12.| Quels sont les points auxquels je dois faire attention le jour du traitement ?

Il est essentiel d'être à jeun 3 heures avant le rendez-vous : vous ne pouvez plus rien boire ni manger, ni de préférence fumer. Avant cela, vous pouvez prendre un petit déjeuner léger sans graisse ni produits laitiers.
Lors du rendez-vous, il conviendra d’indiquer si vous prenez des médicaments. Généralement, vous pouvez continuer à prendre vos médicaments normalement, même le jour de l’intervention.

 

13.| Que se passe-t-il exactement le jour de l’intervention ?

À votre arrivée, présentez-vous à la réception. Après avoir rempli un questionnaire, vous aurez un entretien et une séance préparatoire avec l’un de nos médecins. Après avoir fait une échographie, le médecin déterminera exactement à quel stade de la grossesse vous vous trouvez. Ensuite, vous serez confiée à une infirmière. Vous pourrez discuter avec elle de la meilleure méthode de contraception dans votre cas. Elle pourra également répondre à toutes vos questions. Une analyse de sang complémentaire est parfois nécessaire.

 

L’intervention se déroule au premier étage où un lit vous sera également attribué. La méthode de traitement et la durée d’observation dépendent de la durée de la grossesse. Après l’intervention, vous recevrez des antibiotiques afin d’éviter des infections.

 

Trois semaines plus tard, vous reviendrez à la clinique pour un contrôle. Vous pouvez également vous rendre chez votre médecin ou gynécologue.

 

14.| Que se passe-t-il lors de la séance préparatoire avec le médecin ?

Après avoir rempli un questionnaire, vous aurez un entretien avec l’un de nos médecins. Il discutera avec vous de votre décision d’interrompre votre grossesse et de votre santé. Le médecin effectue un examen médical préliminaire et détermine exactement à quel stade de la grossesse vous vous trouvez après avoir fait une échographie. Cela est indispensable pour définir la méthode de traitement. Le médecin vous donnera également des conseils sur les contraceptifs que vous pourrez utiliser après l’avortement.

 

15.| Dans quelle mesure mon poids influe-t-il l’intervention ?

Si vous présentez un surpoids ou un manque de poids important, vous courez un risque plus important lors de la sédation. Si vous êtes en surpoids ou si vous manquez de poids, contactez-nous par téléphone au +31 23 528 98 90.

 

16.| J’ai déjà subi une IVG auparavant, est-ce grave ?

Un avortement antérieur ne crée aucun problème physique pour l’intervention.

 

17.| Comment se déroule une intervention d’interruption de grossesse ?

Un curetage aspiratif sous anesthésie locale ou sédation est possible jusqu’à 12 semaines de grossesse. Le col de l’utérus est anesthésié par voie vaginale et légèrement élargi. Un petit tube y est ensuite introduit pour aspirer les tissus. Des comprimés de prostaglandine peuvent parfois vous être administrés quelques heures avant l’intervention afin d’assouplir le col de l’utérus.

 

À partir de 13 semaines, l’orifice du col doit être élargi davantage et le fœtus sera retiré à l’aide d’instruments. Ensuite, l’utérus est nettoyé par le biais d’un curetage. Des comprimés de prostaglandine vous sont administrés quelques heures avant l’intervention afin d’assouplir le col de l’utérus.

 

En cas de grossesse de 18 semaines et plus, vous recevrez des médicaments au cours de la journée afin de rendre l’utérus souple et favoriser la dilatation. L'intervention finale suivra dans l'après-midi. L’orifice sera alors élargi et le fœtus retiré à l’aide d’instruments. Ensuite, l’utérus est toujours nettoyé par le biais d’un curetage.

 

18.| Dois-je subir une anesthésie générale, une péridurale ou une anesthésie locale ?

La péridurale n’est pas administrée. Pour une grossesse jusqu’à 17 semaines, vous pouvez choisir entre une anesthésie locale ou sédation (anesthésie courte légère). À partir de 18 semaines de grossesse, l'intervention s’effectue toujours sous sédation. À la suite d’une intervention sous sédation, il est déconseillé de conduire une voiture, une moto ou même un vélo(moteur) pendant 24 heures.

 

19.| L’intervention est-elle douloureuse ?

Dans le cas d’une intervention sous anesthésie locale, vous n’êtes pas endormie et ressentez ce qu’il se passe. Néanmoins, l’intervention peut s’avérer plus ou moins douloureuse en fonction de la sensibilité de la femme. En général, vous ressentirez des contractions après l’intervention. Ces contractions sont comparables à une importante douleur menstruelle.

 

Lors d’une intervention sous sédation, un anesthésiant et un antidouleur vous sont administrés dans le bras à l’aide d’une aiguille. Sous sédation, lorsque vous êtes endormie, vous ne ressentirez pas l’intervention. Vous serez réveillée une fois que l’intervention sera terminée. Vous vous sentirez encore un peu endormie, voire étourdie.

 

20.| Mon compagnon ou accompagnateur peut-il assister à l’intervention ?

Votre partenaire ou accompagnateur peut participer à l’entretien et à la séance préparatoire avec le médecin ainsi qu’à l’entretien complémentaire avec l’infirmière. En même temps vous aurez aussi un moment privé avec le médecin.  La personne qui vous accompagne peut également vous accompagner ​au service d’hospitalisation. Il ne peut néanmoins pas être présent lors de l’intervention.

 

21.| Quelles complications peuvent survenir ?

Le risque de complication pendant ou après l’intervention est infime, mais augmente avec la durée de la grossesse. Les complications possibles sont les suivantes : hémorragie importante ou endommagement de l’utérus. Dans de tels cas, un traitement supplémentaire dans un hôpital général de la région avec lequel nous avons un accord de collaboration peut s’avérer nécessaire (< 0,2 %).

En outre, il peut arriver qu'une grossesse récente ne soit pas interrompue ou que des tissus résiduels subsistent dans l'utérus. Le cas échéant, le médecin peut décider d'administrer un traitement supplémentaire à base de médicaments ou d'effectuer un curetage.

 

22.| Quels sont les points auxquels je dois faire attention dans les jours qui suivent le traitement ?

Après l’intervention, vous recevrez par précaution des antibiotiques afin d’éviter des infections. Si après le troisième jour, vous avez une température qui dépasse les 38 °C, contactez-nous par téléphone au +31 23 528 98 90. En-dehors des heures de bureau, vous pouvez nous joindre par le service médical au 0900-1515 ou au +31 35 692 92 23 depuis l’étranger.

 

Si après l'intervention, vos seins sont tendus et douloureux, vous pouvez prendre un antidouleur comme du paracétamol, de l'Advil, de l'Ibuprofen ou de l'Aleve. Si du lait s'écoule des mamelons, il est possible de freiner cette sécrétion. En raison des effets secondaires, nous ne prescrivons pas d'office ces médicaments. Pour en obtenir, prenez contact avec votre médecin.

Vous ne pouvez pas avoir des rapports sexuels dans les deux premières semaines qui suivent l’intervention. Au cours de cette période, n’utilisez pas non plus de tampons, n’allez pas nager et ne prenez pas de bain. Vous pouvez évidemment prendre une douche.

 

23.| Je réagis de manière très émotive à l’avortement. Puis-je partager mon expérience avec quelqu’un ?

Si vous n’êtes pas sûre ou si vous avez des difficultés à prendre une décision, n’hésitez pas à contacter un planning familial. Le jour de l’intervention, vous pouvez discuter amplement avec une infirmière avant de subir le traitement si vous le souhaitez.

 

24.| Un avortement a-t-il des effets négatifs sur une future grossesse désirée ?

De manière générale, le traitement n'a aucune influence néfaste sur les grossesses ultérieures. Il se peut que vous deviez attendre quatre à six semaines après l'avortement pour les premières menstruations surviennent.

 

25.| Jusqu’à combien de temps après l’avortement dois-je éviter les rapports sexuels ?

Pour éviter les infections, vous ne pouvez pas entretenir de rapports sexuels pendant les deux premières semaines qui suivent l’intervention. Au cours de cette période, n’utilisez pas non plus de tampons, n’allez pas nager et ne prenez pas de bain. Vous pouvez évidemment prendre une douche.

 

26.| Puis-je me faire poser un stérilet après l’avortement ?

Pour une grossesse allant jusqu’à 15 semaines environ, vous pouvez vous faire poser un stérilet après l'avortement. Pour obtenir le prix applicable pour le placement du stérilet, vous pouvez prendre contact avec nous.

 


27.| Les frais de l’intervention sont-ils couverts par mon assurance maladie ?

Si vous n’habitez pas aux Pays-Bas, les frais de l’intervention sont à votre charge. Le tarif dépend de la durée de la grossesse. Contactez-nous au numéro 0031 23 528 98 90 pour connaître les tarifs actuels.

 

Si vous résidez ou travaillez aux Pays-Bas, vous ne devez pas payer l'avortement et les frais seront remboursés dans leur intégralité par le ministère de la Santé, du Bien-être et du Sport. Votre assurance maladie n'est pas mise au courant et vous ne payez pas de franchise (contrairement à un avortement en clinique).

Afin de déterminer si vous avez droit à une indemnité, nous avons besoin de votre carte d’assurance sociale valide ou d’une police de votre assurance maladie. Nous vous demandons également une pièce d’identité valide telle que passeport ou permis de conduire.

 

28.| Je ne souhaite pas que le père biologique, mon compagnon ou ma famille soient informés. Dans quelle mesure la confidentialité est-elle garantie ?

Nous traitons vos données personnelles avec beaucoup d’attention et transmettons des informations à la famille ou aux connaissances uniquement si vous nous en avez donné l’autorisation. Si vous souhaitez par exemple qu’un membre de votre famille ou un(e) ami(e) soit prévenu(e) par téléphone et informée(e), indiquez-le à la réception.